La palette contextuelle des comportements

La palette des comportements

Cette palette, elle aussi, s’adapte au contexte de la figure. Par exemple, en cliquant sur un point créé, nous obtenons ceci:

14

Les fonctions de ces boutons:

15

On voit donc qu’il y a à la fois des raccourcis pour éviter de retourner au tableau de bord, mais aussi des comportements particuliers.

16Placer le nom

En sélectionnant cet item on fait tourner le nom d’un point au tour du point, diamétralement opposé au doigt.

17Inspecteur d’objets

Recours rapide à ce mode (Fenêtre des propriétés).

18Effacer

Supprime l’objet du plan.

19Déplacer un objet

Permet de prendre un objet. Utilisable dans des cas ordinaires, mais réalisé pour des cas plus complexes en particulier d’ambiguïtés (points l’un sur l’autre, polygone à l’intérieur d’un autre, etc.)

2027 Ancrage/Désancrage

L’ancre (ou l’ancre barrée). L’ancrage signifie ici l’attachement du point à un objet, et sa négation signifie que c’est un point libre. On peut donc :

  • libérer un « point sur » ou un point d’intersection en validant l’option ancre barrée;
  • redéfinir un point libre en tant que sur objet ou sur une intersection en utilisant l’outil ancre (ce qui valide l’option);
  • redéfinir un point libre en le transférant sur un autre point (cas particulier du cas précédent où le point est attaché à un objet qui est un point).

21Mode Expression

Permet un accès rapide au mode Expression.

22Blockly

Permet d’accéder à la programmation par blocs (Blockly). Nous aborderons ce thème un peu plus loin.

23Point Flottant

Sert essentiellement maintenant pour la 3D. Cela permet qu’un point (et tous ses dépendants ne soient pas affectés par la rotation du trièdre : une figure 2D flotte ainsi à côté de la 3D, typiquement pour mettre une représentation graphique à côté d’une figure 3D. L’option est disponible en 2D pour des utilisations « power user ».

24Aimant

Un point peut être «aimanté» par des points, droites, segments, cercle, etc…

Si un point est créé sur une droite, un segment, un cercle, et qu’il est attaché à cet objet, la palette des comportements offre un outil supplémentaire.

25

26Le ressort permet l’animation des points sur segments, sur demi-droites, sur cercles et également sur polygones. Il permet aussi l’animation de nombres, entrés par une expression, ceci pour simuler un chronomètre par exemple.

Pour faire fonctionner cet outil, il suffit de l’actionner comme un ressort attaché au point, qu’on tire et qu’on lâche! Très intéressant : la vitesse de l’animation dépendra de la tension du ressort.

Quelques remarques :

  • Le sens dans lequel le point va partir dépend de l’orientation du ressort, tout simplement ! Et pour les nombres suivant sa situation vers la droite ou vers la gauche, la suite augmentera ou diminuera.
  • Les vitesses affichées correspondent à la réalité : ce sont vraiment des pixels par seconde ou des degrés par seconde : ainsi sur la figure en bas à gauche le point P fait un tour complet en 4 secondes.
  • Pour les segments et demi-droites suivant l’orientation du ressort il y a (ou non) une double-flèche affichée à côté de la vitesse : dans ce cas le point aura un mouvement de va-et-vient (voir la figure en plus bas).

animatiions-02

Pendant que tourne l’animation on peut continuer à utiliser l’application comme d’habitude : construire de nouveaux éléments, etc.

anim

Pour modifier ou arrêter une animation, il suffit de se mettre en mode pause : on peut alors la rectifier en reprenant le ressort. Le mouvement s’adaptera à la nouvelle demande. De plus, si on met le ressort à zéro, l’animation est supprimée.

On peut également afficher les propriétés du point animé et mettre le curseur « Animation » à la valeur voulue ou à 0 ; ce curseur peut aussi être utilisé pour faire varier dynamiquement la vitesse de l’animation.

animatiions-01


Retour à la formation DGPad