Tour d’horizon

Généralités

Démarrer DGPad sur la plate-forme que vous avez choisie. Quelque soit celle-ci, vous obtiendrez un espace de travail semblable à celui-ci.


1


La barre d’outils principale se situe au bas de l’écran. Voici un tour d’horizon de ces outils:

2


Les premiers items du tableau de bord

4

arrowMode Pointeur/Mode Standard

Si, comme dans CaRMetal ou Geogebra, le mode pointeur est privilégié pour la manipulation directe, il n’est pas modal pour le déplacement. Au contraire, en dehors du mode trait, on peut déplacer les objets dans les cinq autres modes : cacher/montrer, supprimer, macro, calculatrice, aspect des objets.

Par contre, il faut être dans ce mode pour construire des objets mathématiques.

fingerMode traits

Le mode traits reprend la démarche kinesthésique, de Sketchometry par exemple, mais juste pour tracer des droites, segments et polygones. En particulier, il n’y a pas d’analyse de l’orthogonalité : c’est un mode de création, pas un mode de constructions mathématiques comme dans Sketchometry (qui a ses mouvement pour l’orthogonalité, les parallèles, le milieu, etc.)

Comme son nom l’indique bien c’est un mode « trait » il n’y a pas de reconnaissance de cercle. On utilisera ce mode essentiellement dans les petites classes pour accompagner la découverte de l’application, par exemple en réactualisant sur tablette, le passage du perceptif à la modélisation mathématique des objets géométriques. Mais pour des constructions mathématiques, il faut revenir au mode standard.

gommeMode Cacher/Montrer
C’est le mode classique auquel on s’attend, avec une possibilité de ne pas voir ce qui a déjà été caché pour ne pas alourdir la figure si on ne veut juste que cacher de nouveaux objets. Le fonctionnement est donc plutôt celui de GeoGebra (mais sans modalité) plutôt que celui de la baguette magique de CaRMetal qui permet de continuer à construire des objets.

Il existe un mode super caché (pour que les élèves ne voient pas par exemple les objets intermédiaires), mais il n’est pas actuellement dans l’interface, la modification doit être faite dans le fichier texte de la figure. Par défaut, tous les objets intermédiaires des macros sont super cachés.

trashMode Supprimer

Classiquement, d’un point de vue informatique, les figures sont des arbres. Supprimer un objet supprime bien entendu tous ses descendants. À noter que supprimer une figure la place automatiquement dans le cache de l’application.

Ainsi supprimer une figure, c’est aussi la sauvegarder en interne.

macrosMode Macro-Constructions

Mode de réalisation d’une macro construction ou de l’application de macros-constructions, personnelles ou standards. Un onglet est dédié à ce mode. DGPad innove par rapport à la démarche historique des macros avec objets initiaux et finaux. On verra que c’est souvent pratique, mais qu’il faut parfois faire quelques rectificatifs.

calcMode Expressions

On y traite des expressions algébriques, des tracés de courbes, mais aussi de la dérivation, des curseurs et programmation. Une barre d’onglet lui est dédiée tant ce mode est vaste puisque l’on peut y mettre tout le JavaScript que l’on veut … ce qui peut faire parfois beaucoup.

texMode Widget

Qu’est-ce qu’un widget DGPad ? Il s’agit d’un élément ayant son propre type, qui est interfacé avec DGPad.

Les widgets peuvent être  :

  • de type rendu HTML;
  • de type script DGPad;
  • de type rendu TeX;
  • de type valeur d’une expression.

propertiesMode inspecteur d’objet

Le mode où l’on l’on peut choisir la couleur, les styles des objets, mais aussi le nombre de segments des lieux ou les coniques, le pas des curseurs, etc. On y reviendra.


Les items de gestion de fichiers

5

historyFigures du cache

Une vingtaine de figures sont en général disponibles dans cet item, que l’on peut verrouiller individuellement pour les conserver. Utilisable aussi bien avec l’application tablette que dans le mode WebApp (sur ordinateur ou sur tablette) le comportement de cet item dépend alors du navigateur : Chrome et Firefox ne se comportent pas de la même façon. Le vidage du cache est aléatoire. Il conserve bien, dans tous les cas, les figures cadenassées.

8

copyExports divers

DGPad offre des exportations de fichiers pratiques. Le premier mode est une exportation en texte seul : c’ est le fichier (.txt) de la figure. C’est un mode important car il permet de copier-coller le texte de la figure dans un éditeur de texte de base (y compris sur tablette), pour faire différents traitements, comme des modifications à la main dans le fichier dans des utilisations plus expertes.

Les trois suivants sont utiles pour être insérés dans des pages HTML selon différentes contraintes commentées quand on les sélectionne. Dans ces trois premiers modes d’exportation, la figure est embarquée dans le code : si on a une figure lourde, cela alourdi d’autant le fichier, De plus, ces figures sont dynamiques.

Le bouton suivant permet d’exporter l’image de la figure au format SVG. Finalement, le dernier bouton permet d’exporter le tout pour intégrer la figure dans un livre iBook Author.

9

downloaduploadCharger (du) ou déposer dans le nuage

Ces modes sont importants dans le cadre de l’utilisation de l’application tablette. Dans le cas d’une utilisation sur ordinateur on peut s’en passer.

Quelques remarques : 

  • si on rapatrie la partie DGPad de son nuage personnel (DropBox, GoogleDrive, Evernote, etc.) sur sa tablette, on peut faire une lecture directe du fichier depuis l’application.
  • avoir un serveur distant permet de donner l’adresse d’une figure à quelqu’un. La syntaxe est : http://dgpad.net/index.php?url= suivi de l’adresse de votre fichier – qui doit être dans un dossier public – dans votre nuage. Par exemple, voici l’adresse d’un fichier à partager:
    http://www.dgpad.net/index.php?url=https://dl.dropboxusercontent.com/u/8044436/DGPad/3D/PatronsCubeSimplifie.txt
    On peut l’envoyer comme cela par courriel pour qu’il soit lu directement dans un navigateur.

Les deux derniers modes du tableau de bord

6

nameNommage automatique

Cet item place une liste de lettres à l’écran : on définit une première lettre pour commencer. Les lettres sont utilisées par ordre alphabétique ce qui permet un nommage automatique des points ou des autres objets.

10

Par exemple, en cliquant sur le premier point, il se nommera A. Le clavier virtuel atténuera la lettre sur celui-ci et passera à la lettre suivante.

11

On arrête le nommage automatique en cliquant à nouveau sur l’icône.

gridAxes

Ajoute les axes standards du logiciel. On déplace la figure par un contrôle-clic sur ordinateur avec un ou deux doigts sur tablettes (les deux doigts non translatés font un zoom).


Retour à la formation DGPad